Elysian Fields

indie pop folk / États-Unis

Elysian Fields est issu de la légendaire Knitting Factory de New York, haut lieu de l’exploration musicale et du métissage stylistique, foyer de la remuante scène Downtown des 90’s. Rapprochés par un amour commun pour les Beatles, Billie Holiday,Charles Mingus, Iggy Pop,Siouxie and the Banshees, Captain Beefheart ou encore Ravi Shankar, Frédéric Chopin…
Jennifer Charles et Oren Bloedow – fondateurs du groupe – ont emprunté des chemins similaires à Washinghton D.C, puis à New York (où Jennifer suivit des cours d’art dramatique) : tous les deux sont allés voir Bad Brains et Lounge Lizards (pour qui Oren aurait joué de la basse dans les ‘90s), tous les deux ont adoré Woody Allen et Fellini, tous les deux ont fréquenté des écoles alternatives, tous les deux sont devenus indépendants à un jeune âge. La plupart de ces artistes ont eu un écho sur les albums d’Elysian Fields, éblouissante discographie débutant en 1996 par deux sorties Radioactive/Universal (Elysian Fields et Bleed Your Cedar), se poursuivant avec des parutions chez Jetset, Play it Again Sam, Naive, Diluvian et Vicious Circle. De nouvelles couleurs musicales se sont imposées au fil des années, la palette d’Oren Bloedow
s’enrichissant (apport du piano notamment), et leur attrait vers folk/world music se développant.
Venant de fêter vingt années de musique, le duo de Brooklyn revient avec son onzième album, PINK AIR, et montre qu’il n’a rien perdu de son charme hors norme.
Album après album, Elysian Fields entretient le mythe d’un groupe pas comme les autres. La Tension créatrice que le duo Oren Bloedow / Jennifer Charles génère, se révèle toujours aussi unique et plus puissante que jamais. Elysian Fields signe son grand retour avec ce nouvel opus, au son résolument plus rock, rappelant les grands albums du groupe, probablement le meilleur enregistré à ce jour.

Autres vidéos

B R OAD WAY

electro pop

Entre pop et envolées expérimentales, les Stéphanois de B R OAD WAY sonnent aussi français qu’Arcade Fire. Leur nouvel album « Solo System Revolution » nous rappelle que l’évidence du schéma voix/guitare/basse/batterie peut prendre à contre-pied le mouvement pop radio-formaté et autotuné, en revenant à la base de ce style : des amplis vintage, une basse chaleureuse, un Rhodes d’une autre époque, une batterie simple mais tranchante, et surtout un chanteur habité, prêt à nous ouvrir les portes de nouveaux horizons.