Concert organisé dans le respect des normes sanitaires en vigueur : port du masque obligatoire + places assises. Réservation recommandée !

French Cowboy & The One

rock garage / France

Y’a lui. Le French Cowboy, sa voix trainante, ses mélodies raclées. Ce gratteux et joueur de clavier en dilettante. Qu’importe qu’il expérimente depuis trois décennies ou son statut de leader malgré lui, ce Federico Pellegrini n’a jamais fui… Au contraire : pour mieux brouiller les identités, son cimetière yolo a multiplié les vies. Six albums pop, des duels/duos avec Helena Noguerra, Lisa Li-Lund ou les choristes The Spektorettes, une BO ou deux (Atomik Circus, Tu seras un homme), un galop avec les jazzeux Western Trio, voire un heureux chassé-croisé avec Moon Gogo…

Y’a l’autre, aussi… The One. Grand, chevelu et lunetté, avec l’éternel reflet dans le carreau. Batteur de The Little Rabbits, puis de la Secte humaine (Philippe Katerine) ou de Rock Roll & Remember… Éric Pifeteau, compagnon de toujours, est la condition sine qua non de cette chasse à l’hom(m)e perso. Comme les municipales, French Cowboy and The One revient donc en 2020, sans leçon, ni morale. Juste ce besoin vital : flinguer les compromis, à l’ombre de leur associé Jim Waters (The John Spencer Blues Explosion). Un qui-m’aime-me-suive déterminé et puis c’est tout. Un rock trip épris de liberté… Pourvu que ça joue.

Samba de La Muerte présente LANDMARK

pop éléctro psyché / France

« Repère : ce qui permet de reconnaître ou localiser quelque chose dans l’espace ou le temps. »
L’analogie s’opère d’emblée lorsque l’on découvre le nouvel EP de Samba De La Muerte « Landmark ».

« Landmark » et ses singles comme They Still Have Their Guns ou Lockdown Groove, adoubé par Gilles Peterson et Andrew Jervis (Curator in Chief Bandcamp) donne la réplique à l’opus « A Life with Large Opening », un album encensé par France Inter (Rebecca Manzoni) qui a mené la formation normande de la Maroquinerie à Paris et jusqu’aux terres mexicaines. Si l’album prônait ouverture d’esprit et bienveillance, l’EP « Landmark » prolonge aujourd’hui cette quête de repères dans un monde parfois si proche de vaciller. Pour Samba De La Muerte, la musique est ce médian permettant de s’orienter dans l’espace, de le traverser et d’aller au delà de contrées connues. Ici la musique fait la part belle à la spontanéité, la chaleur de l’afro-groove, l’electro transcendant, en nous proposant de superbes collaborations qui repoussent toutes les limites de la matière sonore si identifiable du groupe. Se jouant des formats et du contexte, Samba De La Muerte continue de surprendre et de se nourrir de rencontres. C’est aussi l’occasion pour Adrien Leprêtre de proposer une nouvelle formule live excitante, enrichie de ces nouveaux morceaux assurément dansants !

Autres vidéos