Puts Marie

Electro rock

Six ans. Six ans sans la moindre note en provenance de PUTS MARIE… Autant dire une éternité sur la frise chronologique du rock. Même les fans les plus acharnés de leurs deux albums les avaient laissés pour morts. Erreur. Ressuscité en fin d’année 2013 après moult péripéties (des exils à Mexico ou New York, un projet solo pour le batteur, entre autres activités et projets avouables), le groupe a signé le mini-LP Masoch, où il distille un rock rampant et mélancolique, tout en stridences électriques et tensions inquiétantes. Sur scène, le chanteur-harangueur Max Usata et ses acolytes, maquillés et outranciers, se fichent de la bienséance pour mieux jouer les équilibristes et livrer des prestations à l’image de leur musique : foutraques, orgiaques, fantaisistes et roboratives..

Mountain Bike

Dirty Pop

1, 2, 3, 4 ! Comme l’intro d’une chanson des Ramones.
1, 2, 3, 4 ! Comme le nombre de membres que compte Mountain Bike, formation franco-belge passée maître dans l’art du sprint et de la course de fond. Échappés du peloton garage punk, Kinkle, June Moan, Nilly Joe et Nerveux (ce sont des pseudos…) enregistrent des chansons qui font plus ou moins de bruit mais dont les mélodies collent toujours aux tympans. À l’aune d’un premier album sorti en 2014, le quatuor, résidant à Bruxelles et soutenu par la prestigieuse salle du Botanique, a dévoilé de sérieux atouts : être capable de doubler Ty Segall dans la montée, de devancer Thee Oh Sees au contre la montre et de coiffer Grandaddy sur la ligne d’arrivée… il est à l’échelle internationale l’un des plus sérieux espoirs d’une pop tout terrain., le tout, sans jamais avoir ingurgité la moindre goûte d’EPO !