Disponible avec le Pass Oriental_Blues : 12/14/16€

Pas besoin d’être quinze sur scène pour envoyer du bois ! En règle générale, être trois ça peut suffir largement, surtout lorsque l’on fait les choses bien !

Mdou Moctar

blues touarègue / Niger

A l’instar de son compatriote Bombino, que vous avez eu la chance de découvrir chez nous en 2013, le Touarègue MDOU MOCTAR incarne la bande-son d’une nouvelle génération de musiciens nigériens. Sous ses doigts, le blues du Sahel se teinte des couleurs psyché-rock. Une apnée hallucinante dans les méandres du désert, aux confins du Niger.

À Agadez, la ville où les guitares sont reines, Mdou Moctar est l’un des nouveaux princes. Sa musique dresse le portrait d’une jeunesse partagée entre la mémoire des sables et le présent numérique. Sa guitare électrique imprime un groove obsédant auquel il ajoute volontiers quelques effets synthétiques surprenant.

Autres vidéos

Le Touarègue s’est fait remarquer en 2008 avec Anar, une ballade auto-tunée passée de portable en mobile… Depuis le buzz n’a fait qu’amplifier, jusqu’à ce qu’atterrisse le terrassant album Alefan. Un effet garanti qui devrait se reproduire en live avec ce power trio, terriblement rétro-futuriste. Alors, entendons nous bien : Mdou Moctar est une star. OK, pas encore partout, mais ça ne saurait tarder !

 

Mother of two

indie pop rock

MOTHER OF TWO est avant tout un power trio d’une efficacité redoutable, ça joue “fort, vite et bien” !
Ils avaient déjà la gouaille au parfum de fish-and-chips des Supergrass, un sens du rythme décalé digne de Gang of four, et un goût certain pour les embardées extatiques à la Pixies (avec qui ils ont partagé la scène de l’Olympia l’année dernière)… Voilà maintenant que le groupe instille une pincée de fantastique dans leur indie-pop-rock survitaminé. Retrouvant le démon qui est en eux, MOTHER OF TWO vous invite, sur scène et avec leur dernier titre Tiger, à un bal de promo parfois grinçant, mais toujours fun, où, derrière les couplets-refrains imparables, rode le fantôme de ce que le rock’n’roll devrait être en 2015.
Sur scène, les trois caballeros explorent autant leur héritage rock indé britannique, qu’ils se lancent dans l’efficacité tubesque et garage-punk à la The Hives ou encore nous amènent dans la Californie de Pavement et Ty Segall.